JDR: outil pédagogique

Le Jeu de Rôles : une activité pédagogique

Il ne me parait pas impensable d’affirmer qu’aujourd’hui le Jeu de Rôles constitue une véritable activité pédagogique. A l’heure où les loisirs devraient occuper une place importante dans l’agenda des adolescents et des adultes, le Jeu de Rôles constitue aujourd’hui une activité ludique beaucoup moins isolée que dans les années 80. L’énoncé de certains objectifs de projets pédagogiques donne en effet la part belle au développement de l’imaginaire. Le Jeu de Rôles, outil au service des professionnels de l’animation ? La pratique se développe dans les structures accueillant les jeunes de 12 à 18 ans.

 

Evolution

Les activités liées à la jeunesse sont réglementées par la rédaction de projets aux objectifs larges. Ces dernières années, le développement de ce qui touche à l’imaginaire a tenu une place importante dans la rédaction desdits projets. Le Jeu de Rôle trouve donc logiquement sa place dans les plannings des activités proposées au public et ne suscite pas de réserve des parents. Aujourd’hui, il parait plus aisé d’expliquer à une mère que son enfant préfère se réunir entre amis autour d’une table, mené par un animateur professionnel, plutot que de le voir rester seul devant son ordinateur.

Le Jeu de Rôles use de son côté « Jeu en Société » et démontre sa valeur conviviale pour se prévaloir d’autres activités plus en vogue. Est-ce à dire que les critiques lancées dans les années « Bas les masques » par Mireille Dumas (parce que le phénomène était encore nouveau) se reportent aujourd’hui sur les jeux informatiques ?

masques

 

Le JDR : un développement constant

Animer une séance de Jeu de Rôles en direction d’un public jeune est très enrichissant. On éprouve un réel plaisir à leur faire découvrir différents univers, différents styles de jeu et la pensée de certains auteurs ayant servi à l’inspiration de ces jeux.

Toutefois, si le JDR a atteint une respectabilité indéniable, il reste une activité majoritairement masculine. Le défi des années à venir serait-il d’obtenir plus de parité dans cette activité comme c’est de plus en plus le cas lorsqu’on s’attarde sur la catégorie des 25 / 40 ans ?

La féminisation des tables de jeux « adolescentes » permettrait le développement de l’activité, en sensibilisant une plus grande partie de la population aux pratiques ludiques qu’offre le JDR.

 

jdr entre amis

 

 

Des contenus adaptés

Il est bon de rappeler que le scénario à envisager ne doit pas comporter d’éléments pouvant heurter la sensibilité du public ciblé, et qu’il est vivement conseillé à l’animateur (Maître de Jeu) de préparer sa séance afin d’éviter cela. Mais peut-il en être autrement ? Un MJ peut-il raisonnablement prétendre intéresser son auditoire sans avoir travaillé son scénario en profondeur ? Nous connaissons toute et tous la réponse…

En outre, certains thèmes philosophiques ou problèmes liés à la gestion du groupe, pourront être abordés par le biais du Jeu de Rôles, si l’animateur le souhaite.

Rien n’empêche un adolescent de prendre la place du meneur de jeu, l’animateur pourra dès lors jouer avec les autres joueurs, tout en gardant un œil attentif au bon déroulement de la séance. Ainsi, nous serons à même de renouveler et d’augmenter chaque jour le nombre de joueurs / joueuses et de faire perdurer notre passion.

 

avatar

Zolthaar de Ruys

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site